Conférence «Le spécisme - l'importance des fondamentaux»

La faiblesse et la force de la définition fondamentale du spécisme

David Olivier

 

Conférence donnée le 3 septembre 2017 à Genève, dans le cadre de la Journée Mondiale pour la Fin du Spécisme organisée par PEA (Pour l'Égalité Animale).

Le thème est une évolution de la conférence que j'ai tenue aux Estivales de la question animale 2012, résumé ici.

Les conférences 2017 ont été filmées. Voir la page Youtube de PEA.

Liens directs:

Résumé de la conférence:

«La définition fondamentale du spécisme est celle-ci: Le spécisme est l'idée selon laquelle l'espèce d'un être constitue en soi un critère éthique valable. On peut ressentir cette définition comme abstraite et restrictive, et vouloir l'élargir en affirmant par exemple qu'il est spéciste de castrer les chats, ou d'accorder une valeur moindre à la vie d'une mouche qu'à celle d'un humain. Il importe pourtant de percevoir à quel point la force de la définition fondamentale ci-dessus est grande, et ceci justement du fait de son caractère abstrait. En effet, le spécisme ainsi défini est proprement indéfendable; il est souvent soutenu, affirmé, mais jamais sérieusement défendu. Cette définition est, par ailleurs, « œcuménique », en ce qu'elle ne prend pas partie dans les débats entre les différents courants éthiques qui traversent le mouvement animaliste (utilitarisme, droits des animaux...), mais, au contraire, laisse ces débats ouverts. David Olivier explicitera dans son intervention le sens de cette définition, sa force, mais aussi ses limitations – l'antispécisme, aussi grande que soit son importance, ne devant pas, selon lui, être perçu comme l'alpha et l'oméga de la pensée et de l'action politiques.»