La personne et le tunnel de verre

Sur Derek Parfit, Reasons and Persons, et sur l'identité personnelle

Par David Olivier

Cet article a été écrit suite au colloque «Deux siècles d'utilitarisme» tenu à l'université Rennes 2 en juin 2009 et auquel j'avais participé (résumé de ma contribution ici).

Il n'a pas été retenu dans les actes du colloque, mais a été publié dans le supplément Web des Cahiers antispécistes.

Notre vie nous paraît semblable à un tunnel aux parois de verre, parcouru en sens unique. Nous avons, pensons-nous, une connaissance directe de la réalité intérieure de notre tunnel, de notre «monde intérieur». De l'autre côté des parois, il y a le «monde extérieur»: une autre réalité dont nous admettons l'existence, parce que nous la voyons; ou plutôt, parce que nous en voyons une partie et tentons de deviner le reste.

Parmi les choses que nous apercevons au dehors, il y a d'autres tunnels de verre, que nous supposons renfermer d'autres mondes intérieurs, chacun doublement coupé de nous comme nous le sommes d'eux.

Tout cela, nous le supposons, est réel; mais seul nous semble réel au premier degré le monde intérieur de notre tunnel de verre. Par paresse philosophique, peut-être, nous ne sommes pas solipsistes, mais le solipsisme nous paraît bien crédible. Car tout cela dehors, après tout, pourrait bien n'être qu'un rêve...

Le tunnel, là-bas, se termine avec notre mort. Le monde, nous le supposons, existera encore, mais «notre monde», le seul dont l'existence nous paraisse assurée, disparaîtra à jamais. Il y aura une suite, mais nous ne la connaîtrons pas. Il y aura des projets, des peines et des joies, mais ce ne seront pas les nôtres; alors, disons-nous à leur propos, «qu'est-ce que cela peut me faire? Pour moi ce sera la fin de tout!»

Nous aimerions qu'il n'en soit pas ainsi. Alors nous pensons qu'il y aura «une vie après la mort», c'est-à-dire une vie à nous - la seule qui compte vraiment. Ainsi, le mieux que nous parvenions à imaginer est que notre tunnel soit sans fin.

Cette image du tunnel de verre me vient de Derek Parfit. Au début du chapitre 13 de Reasons and Persons1, dans un passage éloquent, il nous dit comment, lorsqu'il croyait en la réalité de l'identité personnelle:

[...] c'était comme si j'étais emprisonné en moi-même. Ma vie me semblait pareille à un tunnel de verre, dans lequel je me serais déplacé toujours plus vite à mesure que passaient les années, et au bout duquel il y avait l'obscurité.

Mais une fois remise en cause cette notion:

[...] les parois de mon tunnel de verre disparurent. Je vis maintenant à l'air libre.

Concernant ses relations avec autrui:

[...] Les autres personnes me sont plus proches. Je suis moins préoccupé par le reste de ma propre vie, et plus par la vie des autres.

Concernant sa mort:

Au lieu de dire: «je serai mort», je devrais dire: «il n'y aura pas d'expériences futures qui seront en relation, de certaines manières, avec ces expériences présentes». En me remettant sous les yeux le contenu réel de ce fait, cette redescription rend celui-ci moins déprimant.

Ces changements profonds dans l'attitude de Parfit envers ce que chacun de nous a de plus intime - envers la vie et la mort - résultent simplement de sa perception d'une vérité factuelle. Celle-ci concerne la nature de notre être, et, dirais-je, plus généralement celle des êtres sentients2. Parfit a compris qu'il n'existe pas d'identité personnelle. Ou, pour reprendre sa formulation3: que l'identité personnelle qui résulte de nos relations de continuité physique et psychologique se réduit à ces relations; elle n'est pas un fait additionnela further fact»). Parfit se dit ainsi réductionniste concernant l'identité personnelle, s'opposant par là au non-réductionnisme, que j'appellerai aussi «personnalisme» d'après un texte que je cite plus bas.

L'identité personnelle est l'identité numérique de la personne, ou sujet, au cours du temps. Cet enjeu est en fait celui de l'existence même du sujet: si à chaque fait de sentience correspondait un sujet nouveau, celui-ci se confondrait avec ce fait de sentience et n'aurait aucune existence réelle.

Reasons and Persons est un livre méticuleux dans son raisonnement, d'un style analytique souvent difficile. Malgré cela, certains présupposés ne sont pas toujours explicités, comme l'identification faite d'emblée du choix rationnel à celui concernant les seuls intérêts de l'individu. Certains aussi se fondent simplement sur les intuitions de l'auteur4. Si le lecteur ne les partage pas, il peut rester sur sa faim; en particulier, si on ne trouve pas répugnante la «Repugnant Conclusion»5, laquelle amène Parfit à rejeter l'utilitarisme proprement dit, certains développements de la dernière partie de l'ouvrage, consacrée à la recherche d'une éthique plus impersonnelle, paraissent moins pertinents. D'un autre côté, la question de l'identité personnelle nous touche sans doute de trop près pour que l'on puisse faire abstraction de nos intuitions à son propos. La méthode parfitienne consiste plutôt à prendre celles-ci au sérieux, comme possédant un contenu factuel, pour les confronter à des expériences de pensée, aux réalités de la neurologie et aux exigences de la logique. Ainsi la critique atteint-elle y compris nos évidences intimes, que nous croyions inexprimables autrement que par des tautologies («moi c'est moi»).

Parfit n'est pas le premier à s'être interrogé sur l'identité personnelle. Pour une part, ses conclusions rejoignent celles de Locke ou de Hume auxquels il se réfère. Il nous apprend que l'évidence du «je» cartésien fut contestée par Georg Christoph Lichtenberg:

Lichtenberg affirmait que, dans ce qu'il tenait pour le plus certain, Descartes s'est fourvoyé. Il n'aurait pas dû affirmer qu'un penseur doit être une entité existant séparément. Son célèbre cogito ne justifiait pas cette croyance. Il n'aurait pas dû dire: «Je pense, donc je suis». [...] [Il] aurait pu affirmer plutôt: «Il est pensé: de la pensée a lieu.» Ou encore: «Ceci est une pensée, par conséquent une pensée au moins est en train d'être pensée6

Il semble ainsi que sur le sujet de l'identité personnelle il y ait eu aux xviie et xviiie siècles un important débat aujourd'hui largement oublié. L'utilitarisme, né alors, apparaît comme le lieu naturel de la critique de l'identité personnelle, parce qu'il assigne à chaque agent moral le même but, celui de maximiser le bien collectif, et parce que ce bien est défini sur la base d'une agrégation impersonnelle de faits subjectifs. Pourtant, ce sont aujourd'hui surtout ses adversaires qui reprochent à l'utilitarisme d'être une théorie impersonnelle et de ne considérer les individus que comme des «récipients» à sensations, selon la formulation de Tom Regan7, alors même que les utilitaristes semblent avoir largement abandonné la remise en cause du personnalisme. Je reviendrai sur le prescriptivisme universel de R.M. Hare, qui se fonde sur un présupposé personnaliste, tout comme ce point de vue exprimé par Henry Sidgwick:

Il serait contraire au sens commun de nier que la distinction entre un individu donné quelconque et un quelconque autre est réelle et fondamentale, et que par conséquent «je» me soucie de la qualité de mon existence en tant qu'individu en un sens, fondamentalement important, en lequel je ne me soucie pas de celle d'autres individus. Ceci étant donné, je ne vois pas comment on pourrait prouver que cette distinction ne doit pas être prise pour fondamentale dans la détermination de la fin ultime de l'action rationnelle d'un individu. [...] [Un homme] peut continuer à soutenir que son propre bonheur est une fin qu'il serait irrationnel de sa part de sacrifier à quelque autre fin que ce soit; et qu'il est par conséquent nécessaire de faire apparaître de quelque manière une harmonie entre la maxime de prudence et celle de bienveillance rationnelle, si l'on veut que la moralité soit entièrement rationnelle. Cette dernière vue [...] est celle à laquelle j'adhère moi-même8.

Reasons and Persons traite de sujets importants autres que celui de l'identité personnelle, qui en constitue cependant le noyau et auquel je me limiterai. Le grand mérite de Parfit me semble être d'avoir posé le débat sous l'angle fondamentalement éthique de ce qui importe9. Car au-delà du discours descriptif sur l'existence d'une entité «je» persistant dans le temps, c'est le plan du prescriptif qui constitue le nœud de la question. Malgré la profonde admiration que Parfit porte à Sidgwick10, sa position est à l'opposé des thèses énoncées dans le passage ci-dessus. Si Sidgwick a tort et que l'identité personnelle n'est pas «réelle et fondamentale», elle n'est pas ce qui importe, et c'est sur la base d'une croyance fausse que nous nous soucions de la qualité de notre existence d'une manière radicalement différente de celle dont nous nous soucions de celle d'autrui. C'est sur la base d'une croyance fausse que nous craignons tant la mort. C'est sur la base d'une croyance fausse que nous estimons non problématique et rationnellement fondée la prudence, tout en désespérant de trouver à l'éthique un fondement autre que notre propre intérêt bien compris. C'est encore sur la base d'une croyance fausse que nous accordons une place centrale en éthique à des notions personnalistes comme les droits, la justice distributive, la récompense et la punition, etc.

Le terme de «réductionnisme» dont se réclame Parfit concernant l'identité personnelle choque parfois, suggérant une volonté mesquine de nier ce qui est grand. On peut cependant être réductionniste de différentes choses; nous sommes généralement, par exemple, réductionnistes du Père Noël, estimant que celui-ci se réduit aux causes plus banales qui expliquent l'apparition des cadeaux dans les souliers des enfants. Il n'y a donc pas de réductionnisme «en général»; chaque réductionnisme est à juger selon ses propres mérites.

L'emploi du terme par Parfit traduit peut-être une volonté de conserver une distinction entre la thèse de la réduction et celle de l'inexistence; c'est-à-dire, entre l'affirmation que X se réduit à Y, et celle que X n'existe pas, les phénomènes attribués à X étant en fait dus à Y. Cette distinction ne semble cependant fondée que si l'on cherche à préserver, dans la première affirmation, l'idée que X puisse être malgré tout plus que Y, c'est-à-dire, puisse être vu comme «phénomène émergent»; autrement, X n'est qu'un nom abrégé pour le ou les faits Y qui fondent X. Mais Parfit nous dit bien que l'identité personnelle n'est rien de plus que les faits de continuité physique et psychologique. La distinction entre réduction et affirmation d'inexistence est donc peu justifiée; la thèse de Parfit est, en substance, celle de l'inexistence de l'identité personnelle, et s'oppose à la thèse inverse: celle de son existence, en tant qu'entité irréductible aux relations de continuité physique et psychologique.

Il est essentiel de distinguer l'enjeu de l'identité personnelle, ou du sujet, de celui de la sentience, ou de la subjectivité. La thèse de Parfit remet justement en cause l'évidence apparente selon laquelle il ne peut y avoir de subjectivité sans sujet. Or il existe aussi un réductionnisme de la sentience, et bien des arguments qui prétendent montrer l'inexistence de celle-ci, par exemple chez Daniel Dennett11, ne valent en fait que contre l'existence du sujet. Le réductionnisme de Parfit, au contraire, loin de viser à nier la sentience, nous permet d'appréhender les événements de sentience comme existant dans le monde, plutôt que comme des entités «privées» n'existant que du point de vue d'un sujet.

Parce que la thèse non-réductionniste se confond avec le sens commun et se trouve rarement énoncée en tant que telle, j'en citerai une expression particulièrement nette:

Au cœur du personnalisme du pape Jean Paul II (sa philosophie de la personne) se trouve la reconnaissance du fait que c'est la personne individuelle concrète qui est le sujet de la conscience. [...] Ce sujet peut exister avant la conscience (comme dans le cas de l'embryon humain) ou pendant les interruptions de la conscience (comme au cours du sommeil ou d'un coma). Mais le sujet existant n'est pas à identifier à la conscience elle-même, laquelle est une opération ou activité du sujet12.

Ce sujet est un objet de nature très spécifique, «mystérieux et unique» selon le Catéchisme de l'Église Catholique:

Dans le royaume, le caractère mystérieux et unique de chaque personne marquée du nom de Dieu resplendira en pleine lumière. «Au vainqueur, ... je donnerai un caillou blanc, portant gravé un nom nouveau que nul ne connaît, hormis celui qui le reçoit» (Ap 2, 17)13.

Parfit se place au contraire dans une perspective physicaliste, la sentience correspondant à ce qui se passe dans notre cerveau, et l'ouvrage se conclut par un appel au développement d'une éthique athée:

La croyance en Dieu, ou en une pluralité de dieux, a empêché le développement libre du raisonnement moral. La non-croyance en Dieu, admise ouvertement par une majorité, est un événement récent, encore inachevé. Pour cette raison, l'éthique non religieuse n'en est qu'à ses balbutiements14.

C'est pourtant parmi les rationalistes déclarés que l'on trouve certaines des proclamations personnalistes les plus virulentes, le rationalisme et le matérialisme étant interprétés comme disqualifiant l'éthique et «donc» comme justifiant le «chacun pour soi» sur fond d'exaltation de l'individu et de son autonomie héroïque15. Sans aller jusque-là, même les irreligieux parmi nous adhérons facilement à la croyance sidgwickienne en un «moi» qui nous sépare, en un sens fondamental, de tout autre «moi». La critique de cette conception m'apparaît comme un des éléments fondateurs d'une éthique non religieuse.

Les relations de continuité

Notre identité personnelle, pourrait-on penser, est simplement l'identité de notre corps au cours du temps. Celle-ci, cependant, n'est pas réellement fondée, et surtout n'est pas vraiment ce que nous avons à l'esprit lorsque nous croyons à l'identité personnelle.

Nous sommes bien identifiés à notre corps dans nos interactions quotidiennes. Cela est opérationnellement possible parce que chaque corps décrit au cours du temps une trajectoire spatiale continue, ce qui permet théoriquement de le suivre à chaque instant et ainsi de lui assigner une identité invariante de manière non ambiguë.

La composition matérielle de notre corps se modifie avec le temps, mais là encore seulement de manière continue. Entre deux instants proches, cette composition ayant peu varié, nous trouvons négligeable l'erreur commise en affirmant qu'il s'agit du même corps matériel. Pourtant, après quelques années notre matière se renouvelle presque entièrement. Peut-on alors dire qu'il s'agit du même corps, au sens matériel?

Cette question a été posée au moins depuis l'Antiquité:

Le vaisseau sur lequel Thésée s'était embarqué [...] était une galère à trente rames, que les Athéniens conservèrent jusqu'au temps de Démétrios de Phalère. Ils en ôtaient les vieilles pièces, à mesure qu'elles se gâtaient, et les remplaçaient par des neuves qu'ils joignaient solidement aux anciennes. Aussi les philosophes [...] soutiennent les uns que c'était toujours le même [vaisseau], les autres que c'était un vaisseau différent16.

En partant d'un vaisseau A, nous obtenons, par remplacement successif de toutes ses pièces, un vaisseau B dont, s'il avait été construit directement à partir de ces nouvelles pièces, personne n'aurait songé à dire qu'il s'agit du même vaisseau que A. Or la valeur de vérité de la proposition A = B dépend de ce que sont A et B, et non des états intermédiaires. Cette valeur doit donc être la même, que B ait été créé par remplacement progressif des pièces de A ou par assemblage direct des mêmes nouvelles pièces. Puisque dans le second cas, nous ne dirions pas que A = B, nous ne pouvons le dire dans le premier. Il en va de même pour notre corps: si après un certain temps toutes ses molécules ont été remplacées, nous ne pouvons dire qu'il s'agit du même corps.

Surtout, la continuité physique ne rend pas compte de la conception réelle que nous avons de notre identité. En effet, que nous croyions ou non au paradis, nous accordons un sens, vrai ou faux mais intelligible, à l'idée d'y aller. Nous croyons que je est un objet dont il est peut-être impossible de fait, mais non logiquement, qu'il subsiste sans notre corps. Et ce qui nous importe est cet objet: il nous importe que «nous» allions ou non au paradis, et non que notre corps y aille. Notre identité, cet objet dont l'avenir nous importe tant, et d'une manière si différente de celle dont nous nous soucions de l'avenir d'autrui, n'est pas constitué par notre continuité physique. Celle-ci sert seulement à son repérage quotidien.

Ce «moi» est d'ordre psychologique. Selon John Locke, l'identité personnelle est définie par la mémoire:

Car dès lors qu'un être intelligent peut répéter l'idée d'une quelconque action passée avec la même conscience qu'il en avait à l'origine, et avec la même conscience qu'il a d'une quelconque action présente, dans cette mesure il s'agit du même moi personnel17.

Parfit ajoute à ce critère d'autres continuités psychologiques, comme la relation entre une intention d'agir et son exécution ultérieure. Mais il note aussi que ces relations doivent être complétées par transitivité: nous nous souvenons rarement d'une journée passée lointaine, mais chaque jour nous nous souvenons (en grande partie) de nos expériences de la veille. La relation est considérée comme établie si elle l'est de proche en proche18.

Parfit semble accepter que l'identité personnelle puisse valablement se définir sur la base de telles relations de continuité, tout en argumentant que cette identité n'est pas ce qui importe. Je trouve préférable de dire qu'une telle identité ne peut en être une. En effet, les relations de continuité, qu'elles concernent la trajectoire des corps dans l'espace, leur composition matérielle ou nos souvenirs, souffrent toujours du même défaut: elles font dépendre l'identité A = B non de ce que sont A et B, mais des états intermédiaires entre A et B.

Parce que ces relations de continuité coïncident cependant presque toujours avec l'idée que nous nous faisons de notre identité, il est difficile de mettre en relief ce en quoi nous sommes, de fait, généralement non-réductionnistes. Parfit se tourne pour cela vers des expériences de la pensée où cette coïncidence est brisée.

La téléportation

L'idée de téléportation, telle qu'elle apparaît en science-fiction et est reprise par Parfit19, implique le transfert non de la matière de notre corps, mais de l'information concernant son état physique instantané. Sur Terre, le voyageur entre dans une cabine et appuie sur un bouton. Un «scanner» enregistre alors la position et l'état de chacune des molécules de son corps, cerveau compris, et envoie cette information par ondes radio à une autre cabine située sur Mars, où elle sert à créer une copie identique à partir de matière disponible sur place. Par ailleurs, le scanner détruit le corps d'origine20. La copie possède la totalité des souvenirs de l'original, exécutera tous ses projets et se perçoit comme la même personne.

Tout se passe comme si, au lieu d'être détruit, le voyageur avait, simplement, voyagé. Pourtant, nous pouvons aussi décrire l'événement comme comportant d'une part la mort de l'original, et d'autre part la création sur Mars d'une copie qui croit, à tort, être l'original. Le critère de continuité physique est rompu, et si la continuité psychologique est maintenue, ce n'est pas par le moyen habituel. Les souvenirs, par exemple, sont transmis de l'original à la copie par une chaîne causale faisant intervenir le scanner, les ondes radio, etc. Si nous acceptons une telle chaîne causale comme pouvant constituer une relation de continuité fondatrice d'identité personnelle, pourquoi n'accepterions-nous pas au même titre une autre chaîne causale, celle qui se produit lorsque nous racontons nos souvenirs à autrui, et qui passe par les ondes sonores, etc.? Où placer la limite? Il semble impossible dans ces conditions de dire si l'identité personnelle, définie par cette continuité, est maintenue ou non.

La question posée par Parfit est si, au moment d'appuyer sur le bouton de départ, le sujet est fondé à se croire sur le point de mourir - et d'entretenir les sombres pensées correspondantes - ou de voyager. Tant de l'extérieur que de l'intérieur, rien ne distingue la téléportation d'un voyage. Je pars le matin sur Mars, et reviens le soir par le même moyen. Je - ou la copie de ma copie - possède un souvenir aussi vif de mon petit déjeuner sur Terre que de l'après-midi sur Mars et du trajet de retour le soir. La copie de ma copie témoignera que tout s'est bien passé; et qui pourrait, ou aurait jamais pu, la contredire? Parfit suggère que la répétition et la banalisation de l'expérience pourraient même nous amener à oublier nos craintes initiales. Aurions-nous raison ou tort?

Nous avons ici une question d'un genre particulier, sur le statut duquel il me semble important de nous arrêter. Il ne s'agit de savoir ni ce qui est (question descriptive), ni ce que nous devons faire (question prescriptive), mais ce dont nous sommes fondés à nous attrister ou à nous réjouir par avance. La crainte ou le plaisir anticipatoire peuvent, bien sûr, nous servir lorsqu'ils nous poussent à agir; mais la question ici est celle de ces sentiments en l'absence d'une telle utilité. C'est en premier lieu ce domaine, que j'appellerai de sympathie anticipatoire, que recouvre la question parfitienne de ce qui importe: suis-je fondé, au moment d'appuyer sur le bouton du téléporteur, à m'attrister face à ma mort ou à me réjouir par avance du bel après-midi que «je» passerai sur Mars?

Nous pouvons nous demander dans quelle mesure la sympathie anticipatoire est accessible à la raison et aux faits. Nous pourrions dire qu'aucun raisonnement qui conclurait que je dois ou non l'éprouver ne peut la toucher, car elle n'est pas de l'ordre du devoir. Si je serai torturé demain, dois-je en être angoissé? On s'attend à ce que je le sois; mais si tout en étant pleinement conscient de ce qui m'arrivera je conserve ma bonne humeur, tant mieux! Demain je souffrirai, mais pourquoi y ajouter une souffrance présente? Dans quelle mesure peut-on donc demander, comme le fait Parfit, si je suis fondé à me réjouir, ou à m'attrister, en entrant dans la cabine du téléporteur? Ne doit-on pas se borner à constater ce que, de fait, je fais?

Ce serait une erreur, et la question de Parfit est justifiée. Par un aspect, la sympathie anticipatoire n'est pas à l'abri de la raison et des faits. Si je suis malheureux parce que je crois que demain il m'arrivera une chose qui, de fait, ne m'arrivera pas, je le suis à tort. Ce n'est pas qu'il conviendrait d'exhorter mes émotions à changer: c'est que de fait elles changeront. Que ma peur de prendre demain l'avion soit rationnelle ou non, ou d'une rationalité indécidable, elle ne subsistera pas si j'apprends que demain, je ne prendrai pas l'avion. Si elle subsiste alors même que j'ai appris une vérité qui la prive de son fondement factuel, c'est que je ne suis pas parvenu à me convaincre intimement de cette vérité (à m'en «rendre compte»).

La sympathie anticipatoire est donc accessible au cognitif. Celui-ci est à son tour accessible à la raison: ce peut être la raison qui me permet de déterminer les faits.

Si face à une situation je m'attriste, mais face à une autre je me réjouis, il faut qu'entre ces situations il y ait une différence substantielle, c'est-à-dire qui ne relève pas simplement d'une différence de description. Or Parfit montre que dans le cas de la téléportation, comme dans d'autres cas qu'il examine, il est possible de faire des événements une description complète impersonnelle; et ceci, y compris dans leurs aspects subjectifs. La téléportation peut se décrire de la manière suivante:

- dans la cabine de départ, il est pensé: «je suis sur Terre et vais appuyer sur le bouton»;

- puis il est pensé, sur Mars: «je suis sur Mars et crois me souvenir d'avoir appuyé sur le bouton».

Une telle description est complète (décrit les faits tant du point de vue matériel que subjectif), et pourtant ne dit rien quant au fait que la personne sur Mars est, ou n'est pas, le voyageur de départ. Il n'y a donc aucune différence substantielle entre les deux descriptions suivantes:

(1) Le voyageur est tué, et un nouvel être sentient, qualitativement mais non numériquement identique, est créé sur Mars.

(2) Le voyageur est transporté sur Mars.

S'il n'y a entre (1) et (2) aucune différence substantielle, c'est que l'identité personnelle ne peut être ce qui importe. Si j'ai intimement intégré les raisonnements qui mènent à cette conclusion, ma sympathie anticipatoire ne pourra s'attrister face à (1) tout en se réjouissant face à (2).

Parfit décrit plusieurs autres expériences de pensée, parfois proches du possible technologique actuel, dans lesquelles une description en termes d'identité personnelle est impossible ou entachée d'arbitraire, alors qu'une description impersonnelle, qui constate les états mentaux présents dans le monde, les localise dans un corps précis, mais ne les attribue pas à un sujet persistant dans le temps, est possible et complète. Citons les expériences de division du cerveau, qui donnent naissance à deux flux de conscience21. Parfit imagine que la division puisse être réversible à volonté. La description subjective avant la division - un seul flux de conscience -, pendant le temps de division - deux flux qui possèdent chacun les souvenirs du flux unique précédent - et après la réunification - un seul flux, qui possède les souvenirs du flux initial et de chacun des deux flux séparés - n'est pas problématique, alors qu'on serait bien en peine de dire lequel des deux flux, pendant le temps de la division, «est réellement» la personne d'origine.

La dissolution des tunnels

Nous avons vu que les descriptions (1) et (2) ci-dessus sont, en substance, identiques. Voyons ce qui fait que (1) est identique à (2), mais diffère de la proposition suivante:

(3) Le voyageur est tué, et aucune copie n'en est créée.

La réponse est: la création de la copie. Ainsi, si je suis dans la position du voyageur qui s'apprête à appuyer sur le bouton, ce qui va arriver très loin ailleurs me concerne, comme si cela devait arriver à moi; il est même dépourvu de substance de dire que cela arrivera à moi ou non. Il est dépourvu de substance de dire si cela se passera dans mon monde intérieur, ou dans celui d'autrui. En somme: ce qui se passe ailleurs dans le monde me concerne, au même titre que ce qui arrive «à moi». Il n'y a pas un monde intérieur, qui me concerne forcément, et un monde extérieur, qui ne me concerne que si je le veux bien. Mon tunnel de verre n'est qu'illusion. Le solipsisme mou qui marque l'attitude personnaliste n'est pas tenable.

C'est la prise de conscience de ce fait qui a produit les effets décrits par Parfit dans ce passage déjà cité:

Au lieu de dire: «je serai mort», je devrais dire: «il n'y aura pas d'expériences futures qui seront en relation, de certaines manières, avec ces expériences présentes». En me remettant sous les yeux le contenu réel de ce fait, cette redescription rend celui-ci moins déprimant.

Si le «moi» n'existe pas, et que nous en sommes intimement convaincus, il nous est impossible de craindre sa disparition. Nous comprenons qu'il y a bien une vie après la mort: celle des autres, qui est comme la nôtre et tout aussi réelle.

Pourtant, Parfit dit seulement que la mort le déprime moins. Il se demande s'il nous est possible de croire réellement au réductionnisme:

Nagel a affirmé que, même si la thèse réductionniste est vraie, psychologiquement il nous reste impossible d'y croire. Je vais donc brièvement passer en revue les arguments que j'ai fournis. Je me demanderai alors si je peux moi-même honnêtement dire croire à mes conclusions. Si oui, je supposerai que je ne suis pas le seul [...]22.

Sa réponse est mitigée:

J'aurai beau passer en revue mon argumentation, je crains que je ne parviendrai jamais à dissiper entièrement mes doutes. Au niveau réflexif, ou intellectuel, je resterai convaincu de la vérité de la thèse réductionniste. Mais demeurera toujours en moi à quelque niveau inférieur la tendance à croire qu'il doit nécessairement y avoir une différence réelle entre le fait qu'une certaine personne soit moi, et le fait qu'elle soit quelqu'un d'autre. Une chose semblable se produit lorsque je suis au sommet d'un gratte-ciel. Je sais qu'il n'y a pas de danger. Mais, en regardant en bas de cette hauteur vertigineuse, j'ai peur. C'est une semblable peur irrationnelle que j'aurais si je m'apprêtais à presser le bouton [du téléporteur].

[...]

Il est difficile de croire que l'identité personnelle n'est pas ce qui importe. Si demain une personne doit éprouver une grande souffrance, il est difficile de croire que la question si c'est moi qui serai cette personne est sans réponse. Et il est difficile de croire que, si je m'apprête à perdre connaissance, il puisse n'y avoir aucune réponse déterminée à la question «suis-je sur le point de mourir23

Une croyance même partielle suffit cependant à rendre une idée opérante. J'ai beau ne jamais croire tout à fait, en voyant un avion au sol, qu'un tel engin puisse voler, cela ne m'empêche pas d'y monter. Comme Parfit, j'ai «du mal à croire» entièrement à la thèse réductionniste, mais je me sens puissamment aidé par la réflexion sur ce sujet à moins craindre la mort et à me sentir plus proche des autres.

Parfit nous dit que les parois de son tunnel de verre ont disparu et qu'il vit maintenant à l'air libre. La relation exclusive que l'identité personnelle établissait «de moi à moi» - entre instants successifs de mon existence - me coupait des autres et du monde physique lui-même. En réalité, la relation de moi à moi est toujours de même nature que celle de moi à autrui. C'est la causalité de la physique qui assure la continuité structurelle de notre corps et de notre cerveau. C'est cette même causalité physique qui pourrait, dans un téléporteur, assurer la continuité structurelle entre l'original et la copie. C'est encore la causalité physique qui relie nos expériences et idées à celles des autres, lorsque nous leur en parlons. La coupure épistémologique entre l'observateur et le monde extérieur est une illusion: la relation de moi à moi, comme celle de moi à autrui, passe par le monde. Notre propre survie passe par ses lois. Si j'abolissais vraiment toute confiance dans le monde - comme dans le doute cartésien radical - je ne pourrais croire à ma propre existence dans même une seconde.

Quelques conséquences

Les conséquences de la critique de l'identité personnelle sont nombreuses et profondes. J'en esquisserai quelques-unes.

Le rapport de moi-maintenant à moi-futur est de même nature que celui de moi à autrui. L'éthique n'est pas plus problématique dans son fondement que la prudence; ou, dit autrement, la prudence n'est pas moins problématique que l'éthique. Nous ne pouvons plus dire que notre sort futur doit logiquement nous concerner simplement parce que c'est le nôtre. La prudence est aussi difficile à fonder que l'éthique, et pour les mêmes raisons; il n'est plus possible en fait d'en faire un domaine séparé. Il en résulte une situation d'aporie: je n'ai semble-t-il aucune raison valable de faire quoi que ce soit, tout acte ne pouvant bénéficier qu'à un être futur, qui n'est pas moi-maintenant. Cette aporie est, je pense, féconde, nous forçant à redéfinir notre rapport au monde24.

La prudence et l'éthique se fondent en un domaine unique: celui du prescriptif, ou de l'éthique au sens large. Nous retrouvons là une conséquence de l'utilitarisme classique, hédoniste, qui nous commande de maximiser le plaisir du monde, lequel comprend le nôtre. L'imprudence peut être vue comme moralement condamnable, au même titre que le tort causé à autrui25. On peut à l'inverse conclure à une «démoralisation» de l'éthique: le mal fait à autrui est, comme l'imprudence, une erreur, due à au fait que, prisonniers dans notre tunnel de verre, nous ne voyons pas les plaisirs et les peines d'autrui comme pleinement existants.

Si l'utilitarisme classique est impersonnel, les versions plus modernes telles que le prescriptivisme universel de R.M. Hare26 et l'utilitarisme des préférences de Peter Singer27 tendent à réintroduire une large part de personnalisme. Cette tendance me semble intenable, au moins au niveau critique28. J'en esquisserai la raison en prenant l'exemple de Hare. Le prescriptivisme universel exprime bien les devoirs moraux en des termes impersonnels, mais se caractérise par le maintien d'un résidu essentiel d'arbitraire dans la détermination par l'individu de son propre bien:

Certaines préférences, même dans le domaine prudentiel, peuvent bien être plus rationnelles que d'autres [...]; il n'en subsiste pas moins un large minimum irréductible de préférences purement autonomes que la pensée rationnelle ne peut qu'accepter pour ce qu'elles sont, ou seront29.

Toute préférence pour soi-même (self-regarding) ne peut concerner que son soi futur; si le rapport de moi-maintenant à moi-futur est de même nature que celui d'autrui-maintenant à moi-futur, le privilège accordé par Hare à moi-maintenant, mais non à autrui-maintenant, dans la détermination arbitraire des préférences concernant moi-futur est injustifiable. Si un résidu d'arbitraire doit subsister, il devrait permettre à chacun de choisir les préférences de chacun; mais nous aurions alors, pour celles-ci, une multiplicité d'arbitres, ce qui est absurde. Cette part d'arbitraire ne peut donc subsister.

Si les propositions éthiques n'ont plus rien d'arbitraire, elles sont susceptibles d'avoir une valeur de vérité. La critique de l'identité personnelle favorise ainsi le réalisme éthique, selon lequel les vérités éthiques font partie, à un certain titre, du monde. Elle nous amène aussi à concevoir la sentience elle-même comme partie du monde. Tant que l'expérience subjective était conçue comme liée par essence à un sujet, elle n'existait que pour celui-ci: elle était «privée». Si autrui prenait en compte mes plaisirs et mes peines, c'était par un acte de foi héroïque, ou par espoir de réciprocité. La critique de l'identité personnelle nous amène à voir que les expériences d'autrui existent à plein titre dans le monde comme les nôtres futures. Ce réalisme de la sentience me semble une condition nécessaire pour résoudre le «problème difficile de la conscience» (selon l'expression de David Chalmers), c'est-à-dire celui de l'existence même de la sentience au sein du monde physique. Au contraire, «mystérieux et unique», le sujet, n'étant perçu ni subjectivement ni objectivement, est hors du monde. Tant que l'existence de la subjectivité est conçue comme impliquant celle du sujet, le «problème difficile» est un problème désespéré.

Nous amenant à prendre au sérieux la sentience, la critique de l'identité personnelle nous porte à prendre en compte toute sentience, aussi différente qu'elle soit de la nôtre; et ceci comme si c'était la nôtre, donc à égalité avec la nôtre. Pourtant, la notion d'égalité, telle qu'elle est formulée dans le cadre purement humain, est principalement relative à la personne, dans un sens non réductionniste. On parlera d'égalité de valeur ou de dignité des personnes. La mort apparaît comme un mal absolu, puisqu'elle est la destruction de la personne; l'homicide est le crime suprême. À l'opposé, les animaux non humains n'étant pas vus comme des personnes - ils ne vivent que dans l'instant, dit-on - leur vie ne vaut presque rien, moins par exemple que le plaisir que nous prenons à manger leur corps. La notion d'égalité animale me semble ainsi non formulable dans un cadre personnaliste; la réponse immédiate sera: la vie d'une mouche ne peut valoir celle d'un humain.

L'utilitarisme, qui prône l'égalité non de valeur des personnes, mais de prise en compte de leurs intérêts, permet un net progrès dans ce domaine. Cependant, la version proposée par Peter Singer à la suite de Hare, l'utilitarisme des préférences, réintroduit la notion de personne30, et rend difficile toute prise en compte sérieuse de la grande majorité des êtres sensibles. Il me semble que ce n'est qu'en nous libérant de la notion de personne, par la critique de l'identité personnelle, que nous pourrons aboutir à une vision éthique cohérente, au moins au niveau critique, susceptible de prendre en considération les sentients au-delà des frontières de notre espèce.

Cette critique a de nombreuses autres conséquences politiques et économiques, en particulier relativement à la propriété privée, à la notion de contrat, de mérite, etc. Elle relativise d'autres notions d'identité, comme l'identité nationale. Elle est susceptible d'apporter des bouleversements profonds dans l'ensemble de notre pensée, dans notre vision de nous-mêmes, dans nos relations interhumaines individuelles et collectives, dans nos relations avec les autres sentients et dans la compréhension de notre position dans le monde.

1. Parfit D., Reasons and Persons, Oxford Paperbacks, 1984, p. 281. Les références sans autre indication correspondent à cet ouvrage. Les traductions de passages de cet ouvrage et d'autres ouvrages non publiés en français sont de moi-même.

2. Les néologismes «sentient» et «sentience» permettent de qualifier les êtres capables de ressentir quelque chose, en évitant les ambigüités des mots formés sur «sensibilité» ou «conscience».

3. Par exemple page 209 et suivantes.

4. Voir page 447, où ce fait est discuté.

5. Cette Repugnant Conclusion (p. 381 et suiv.) découle de l'impératif de maximisation de l'utilité totale des êtres sentients. À une situation où un nombre donné de personnes jouissent d'une vie de pure extase serait préférable une autre, où seules existent des vies «valant à peine d'être vécue», pourvu que le nombre de ces dernières compense la faible utilité de chacune. Cette conclusion lui semblant inacceptable, Parfit rejette la version totale (total view) de l'utilitarisme; pour d'autres raisons, il rejette aussi la version moyenne (average view).

6. P. 224. Il s'agit d'une citation partielle de Lichtenberg C.G., Schriften und Briefe, Sudelbuch K (1794?).

7. Regan T., «The Case for Animal Rights», 1985, traduction «Pour les droits des animaux», Cahiers antispécistes n°5 (décembre 1992); article à ne pas confondre avec le livre The Case for Animal Rights.

8. Sidgwick H., The Methods of Ethics, 1874, p. 498, cité en partie par Parfit, p. 138.

9. Voir en particulier ch. 12, «Why Our Identity Is Not What Matters».

10. Cf. l'introduction de Parfit D., On What Matters, ouvrage en préparation, version 4/2008 disponible sur le Web en http://users.ox.ac.uk/~ball2568/parfit/.

11. Dennett D., La Conscience expliquée, Odile Jacob, 1993. Voir en particulier la critique du «théâtre cartésien» dans le chapitre 5.

12. DeMarco D., «Peter Singer: Architect of the Culture of Death», http://www.catholiceducation.org/articles/medical_ethics/me0049.html.

13. §2159.

14. P. 454.

15. Un exemple est celui de la romancière Ayn Rand et du courant ultra-libéral «objectiviste» qu'elle a fondé. On pense aussi à l'anarchiste Max Stirner, ou encore aux justifications de l'égoïsme qui se réclament du darwinisme.

16. Plutarque, Vie de Thésée, XXIII, trad. Dominique Ricard.

17. Locke J., Essay Concerning Human Understanding (1690), livre. II, ch. XXVII, sect. 10.

18. P. 205.

19. P. 199 et suiv.

20. Une telle téléportation semble possible dans l'état actuel de nos connaissances théoriques. Par contre, la téléportation conservatrice - où l'original n'est pas détruit - qu'envisage aussi Parfit contredit les lois connues de la mécanique quantique.

21. P. 245 et suiv. La coupure du corps calleux, qui relie les deux hémisphères, a été pratiquée et semble bien donner naissance à deux flux de sentience.

22. Sect. 94 (p. 274), «Is the True View Believable?»

23. P. 279 et 280.

24. Cf. Olivier D., «Le subjectif est objectif», Cahiers antispécistes n°23, décembre 2003.

25. Cf. p. 318, sect. 106. La formulation de Parfit est plus nuancée.

26. Cf. Hare R.M., Moral Thinking: Its Levels, Method and Point, Clarendon Press, Oxford, 1981.

27. Singer P., Questions d'éthique pratique, Paris, Bayard, 1997.

28. Sur la distinction entre niveaux éthiques critique et intuitif, voir Hare R.M., p. 25 et suiv.

29. Hare R.M., p. 226.

30. Cf. Singer P., ch. 4.

Commentaires

Je vais tenter de livrer ici mon avis sur ce texte (puisque je l'ai très mal formulé aux Estivales, étant donné que 1) Je suis très mauvais orateur, je mélange les mots, je m'embrouille, et le stress finit par paralyser ma réflexion 2) Même à l'écrit, je réussis rarement à faire passer ce que j'entends sur ce sujet... et c'est finalement bien normal.).
J'espère m'exprimer un peu mieux cette fois-ci, sans dire trop de sottises :

Je trouve que cette démonstration n'est pas une démonstration de la non-existence de "l'identité" ou de "soi", ou de "la persistance de soi". Ça n'est qu'une démonstration de l'impossibilité de prouver son existence. Mais être en impossibilité de le prouver ne signifie pas que ça n'existe pas. Je suis également en impossibilité de prouver que le monde existe, et pourtant le solipsisme, qui est pourtant tout à fait tenable, logique et cohérent, est rejeté dès le début du texte.

J'ai l'intuition du monde, et je considère que c'est suffisant pour croire à l'existence du monde. Même si je peux mettre cette intuition en doute sans trop de problème.
Mais j'ai plus que l'intuition de ma propre "existence". J'en ai la conviction absolue, quel que soit l'angle sous lequel je regarde la chose, même en y injectant le doute par indémontrabilité, même en démontrant que je ne peux pas prouver mon existence (aux autres, mais surtout à moi-même). J'ai la conviction d'être. J'ai la conviction d'être le même (pas la même personnalité, le même "être") que celui que j'étais aux époques et moments dont j'ai le souvenir. J'ai la conviction que c'était bien "moi". L'indémontrabilité ne suffit pas à me faire douter de mon existence et ma persistance, même avec la meilleure volonté, même en y réfléchissant des heures ou des années, contrairement à mon doute sur l'existence du monde.

Ce qui fait que je sais que j'existe, ce que je perçois, je ressens, je crée un monde de qualias, de dimensions sensorielles hors du monde matériel. (Et je n'ai aucune moyen de transmettre et retranscrire ces dimensions sensorielles aux autres êtres ou dans le monde matériel. Je ne pourrais jamais savoir si quiconque voit mes couleurs.) Et que je suis capable de me savoir et sentir exister. Et que j'ai la conviction que ce savoir est autre chose qu'un simple traitement logique de signaux binaires comme peuvent l'être des calculs informatiques (lesquels ne prennent de sens que pour l'observateur final, donc moi), ou comme le sont les réactions chimiques (utiles à sa survie et que l'évolution à mis en place) au sein d'une plante. Pour que ces perceptions existent, il faut qu'elles existent en moi. (Je n'ai aucun exemple acceptable d'illusion ou de perception qui existe sans sujet. Je ne peux même pas supposer une idée de la sorte. Des perceptions perçues par personne ?...)
Je suis autre chose et je suis moi. Je ne peux pas le démontrer, je ne peux qu'en avoir l'intime conviction.

Mais quoi qu'il en soit, tout raisonnement, toute tentative de définir, de décomposer ce que je suis, sera toujours voué à l'échec (même si c'est probablement l'un des hobbies les plus addictifs de tous les philosophes depuis des millénaires) et pour une simple raison :

Toute démonstration logique part de quelques postulats, posés comme vrais, et conjugués entre eux pour livrer une nouvelle conclusion considérée alors, grâce au traitement logique, comme vraie elle aussi.
On part de A et B pour arriver à C. Mais on part de vérités. Des vérités qui sont soit démontrées, soit arbitraires et non démontrées.

Mais à un moment ou un autre, aussi loin qu'on remonte, à moins d'y passer un temps infini, il faudra bien accepter que la base de tout raisonnement est fondée sur des postulats arbitraires.

- Or, la base arbitraire de TOUTE réflexion, c'est que j'existe.
- La vérité arbitraire qui vient juste après celle-ci (pour poser l'immense majorité des réflexions humaines), c'est que le monde existe, hors de moi.
- Une autre vérité arbitraire, c'est décider que toute démonstration logique est vraie, et livre forcément une vérité. (Car quelle démonstration parfaitement logique pourra me démontrer que toute démonstration parfaitement logique est vraie ?) Je suppose donc, sans raison, sans aucune démonstration, aucune justification, que le monde est obligatoirement logique et rationnel. Pas un instant je n'imagine que la connaissance de certaines choses du monde puisse être hors du domaine accessible à l'esprit humain... (Ou du moins, l'humain l'imagine rarement...)
- Et enfin, arbitrairement, je pose le terme "exister", "être"... Et je suppose que je peux leur donner un sens en les privant de "moi" : Alors que c'est "moi" et mon "existence" qui les définissons. J'imagine que je peux raisonner sur l'existence ou non de moi, sur l'existence du monde sans "moi", alors que c'est mon existence qui a posé le sens même du mot "exister"...

Ce que je veux dire, surtout, c'est tout simplement qu'utiliser ma propre raison, mon "moi", qui n'est qu'un élément de tout (si le monde existe hors de moi), une élément réduit et restreint, pour essayer de se décomposer soi-même, ou même essayer de comprendre et saisir le tout, c'est voué à l'échec... C'est une boucle infinie. (En automatique, ce serait un système bouclé instable.)
Comme prendre une tuyau en plastique, mou, faire rentrer une extrémité dans l'autre, et essayer de faire rentrer la totalité du tuyau dans le tuyau, que rien ne reste à l'extérieur...
Ou comme être doté du pouvoir de prédire l'avenir avec une absolue certitude (le seul et unique avenir qui se produira), et donc être capable de prédire avec une absolue certitude le choix qu'on fera... sachant que ce choix est de contredire nos prévisions pour se prouver notre libre-arbitre...
Ou comme réfléchir au voyage dans le passé (et ne pas se rendre compte qu'on est en train de perdre le sens de ce qu'est le temps, et de raisonner en déplaçant le temps sur un autre plan... et toutes les absurdités qui s'en suivent)...
Ou de se demander si l'univers a un début... Ou s'il a des limites spatiales... (Qu'y-a-t-il hors de l'univers ?...)
Certaines choses sont simplement hors de portée de la raison, car situées aux limites extrêmes, à l'infini de ce qui est accessible à la réflexion. En essayant de les étudier et d'en tirer des vérités, on ne fait qu'étudier des questions dont l'absurdité est intrinsèque. Les vérités que la science est capable de livrer n'ont de sens que dans un contexte défini, limité. Et on ne peut que tenter d'avancer par petit pas pour étendre ces vérités et connaissances à un contexte de plus en plus grand (mais jamais infini, jamais Total). On ne peut jamais raisonner directement sur des absolus, et surtout pas attaquer les limites de ce qui nous contient ("moi" étant une de ces limites), ni réussir à sortir de l'ensemble de ce qui nous englobe, du tout, qui, par définition, est tout et n'a pas de sortie.

Voilà, j'espère avoir livré quelque chose de pas trop idiot et assez compréhensible.
C'est mon avis et je le partage.

Merci Virgil pour avoir inauguré les commentaires sur ce site - avec un commentaire substantiel, à propos et réfléchi.

Je n'ai pas le temps de répondre en détail ce matin. Juste deux mots:

- Le problème que tu soulèves de la fondation de la connaissance est réel. On ne peut ni vouloir que tout soit démontrable «par a + b» (et même si on y «arrivait», ça ne nous donnerait pas de certitudes en béton, comme je le note ici). Mais on ne peut pas non plus se contenter de mettre en avant nos intuitions; on peut en avoir beaucoup, des intuitions, et pas toujours des plus fines (sur la supériorité de notre race ou espèce, sur les mœurs sexuelles d'autrui, etc.). En attendant d'avoir la solution au problème, on peut quand même accepter ceci: voyons à minimiser le nombre de fondements que nous devons accepter.

- Mon argumentation revient grosso modo à accepter parmi ces fondements l'existence de la subjectivité (ce que tu appelles «un monde de qualias, de dimensions sensorielles hors du monde matériel»), et l'existence d'un «monde matériel», tout en cherchant à mettre le doigt sur le fait qu'un troisième larron, le «moi» ou encore «identité personnelle», qu'on confond constamment avec la subjectivité (comme quand tu écartes l'idée de «perceptions perçues par personne»), est inutile dans le tableau. C'est peut-être d'ailleurs précisément parce qu'on le confond avec la subjectivité, ou peut-être parce qu'il semble faire le pont (par sa continuité matérielle) entre la subjectivité et la matière, qu'on se croit obligés de croire en son existence.

Un autre argument, mal mis en évidence dans le texte, me semble à même de fragiliser l'intuition que nous avons de notre identité personnelle. Parfit développe ça en termes de téléportation, moi je vais essayer avec une autre image, basée sur l'eau, la vapeur d'eau et le point critique de l'eau. Mais pas pour ce matin.

David

Sans attendre le développement sur l'eau, je dirais que je ne crois pas, justement, qu'on puisse écarter le moi (l'identité personnelle) aussi facilement. Et ce tout simplement, parce que dans la démonstration, on a choisi de poser au contraire l'existence du monde matériel sans avoir plus de raison de le faire.
On peut tout aussi bien décider d'écarter l'existence du monde matériel (et l'existence d'autrui, par la même occasion), qui est tout autant inutile dans le tableau, et préférer garder le moi, qui devient alors nécessaire. L'argumentation logique se tient au moins aussi bien (surtout si on considère que la matière elle-même est impossible à décomposer à l'infini, et qu'elle est donc illogique dans sa nature même... Autant s'en passer.).
Et puisque toute réflexion, quelle qu'elle soit, se base sur le sens de "exister", qui lui même est impossible à définir (puisque précisément il s'agit d'un concept de base) et qui est simplement un concept admis par le "moi" pour pouvoir réfléchir sur sa propre existence et celle du monde matériel, je vois mal comment on peut s'en passer, du "moi".

Je crois juste, personnellement, que ce genre de réflexion met simplement en avant le fait que l'univers est intrinsèquement absurde dès qu'on essaie d'analyser/décomposer l'essence de ce qui ressemble à ses fondements (moi, matière, temps, espace, infiniment grand, infiniment petit, et autres), qui sont inaccessibles à l'esprit (du fait que l'esprit appartient à l'univers); et qu'à cause des cette absurdité intrinsèque, des évidences conceptuelles telles que la "matière" et le "moi" apparaissent d'un point de vue purement logique incompatibles entre elles, tout en étant presque impossibles à réfuter l'une comme l'autre.

J'ai été un peu vite en annonçant ce «développement sur l'eau»; pour le faire bien, il faudrait des explications trop longues pour un commentaire. En un mot quand même: il s'agit de la question des continuités. Nous avons l'impression d'une discontinuité radicale entre notre monde intérieur et celui d'autrui; nous pouvons bien appréhender ce qui ce passe dans le monde d'autrui, mais «de dehors» seulement. Par contre, notre monde, y compris notre monde futur, nous semble appréhendé «de dedans», donc d'une manière qualitativement différente.

Parfit imagine des expériences où on transformerait progressivement le cerveau d'une personne, pour le rendre en fin de compte identique à celui d'une autre personne; identique y compris dans l'ensemble des souvenirs, des projets, des habitudes, etc. Jacques, après la transformation, croirait sincèrement être Cécile, et avoir vécu l'enfance de Cécile. On peut imaginer que la transformation se fasse pas à pas, sans jamais que Jacques ne perde conscience. Supposons qu'on fasse la même chose à Cécile, mais en sens inverse. Qu'en est-il de l'identité personnelle? Le monde du Jacques-qui-se-croit-maintenant-Cécile est-il «dedans» ou «dehors» du monde du Jacques de départ? Ou encore: si on accepte l'idée (cf. la citation de Sidgwick ci-dessus) selon laquelle nous nous soucions forcément de notre propre avenir d'une manière radicalement autre que celle dont nous nous soucions de l'avenir d'autrui, Jacques, avant l'opération, doit-il se soucier de l'avenir de l'être futur Jacques-qui-se-croit-maintenant-Cécile ou de celui de Cécile-qui-se-croit-maintenant-Jacques?

L'histoire de l'eau, c'était un exemple pour illustrer un fait général: voyant une discontinuité, nous tendons facilement à en faire un absolu; alors que l'existence d'une discontinuité en un endroit n'exclut pas du tout l'existence d'un chemin continu. Supposons un mur de cent kilomètres de long, et quelqu'un qui habiterait à côté du mur vers le milieu. Cette personne peut grimper sur le mur, et voir que de l'autre côté le terrain est différent, la terre est nettement plus claire, plus caillouteuse, l'herbe bien plus rare, etc. Elle en conclut qu'il y a un monde d'en-deçà du mur et un monde d'au-delà du mur, avec une discontinuité radicale. Tout est différent entre ici et là-bas! Mais c'est simplement qu'elle n'a jamais voyagé, et qu'elle ne sait pas que le mur a une longueur limitée. Si elle parcourait le chemin qui contourne le mur, elle serait bien surprise, et verrait que l'on peut passer de manière continue, sans changements brusques, de son monde au monde de l'au-delà. La discontinuité s'avère une illusion. Et elle doit admettre qu'il s'agit d'une illusion même si personnellement elle n'a jamais parcouru le chemin en question; il doit suffire qu'un voyageur l'informe de l'existence de ce chemin pour qu'elle abandonne son illusion.

Ah oui, l'eau là-dedans. Je voulais parler de la continuité entre l'état liquide et l'état vapeur. Ce sont deux choses qui nous apparaissent comme complètement différentes. Eh bien, on sait depuis longtemps qu'on peut passer de l'eau liquide à l'eau vapeur, sans jamais faire bouillir l'eau, donc sans aucune discontinuité. Il suffit de «contourner le point critique», c'est-à-dire de chauffer l'eau sous très forte pression - suffisante pour qu'elle ne bouille pas - jusqu'à 400°C par exemple, puis de la détendre, en la maintenant à 400°C, puis enfin de la refroidir. À la fin on obient la même vapeur d'eau qu'on aurait eue en faisant simplement bouillir l'eau. C'est comme contourner le mur. Ce qui est remarquable, c'est qu'entre un liquide et un gaz, il y a tout une série de propriétés qui semblent différer radicalement. Pourtant, en fait, il n'y a pas de discontinuité entre les liquides et les gaz; c'est l'existence du chemin de contournement qui nous le montre.

Autre exemple, celui du darwinisme. Notre culture humaniste, spéciste, parle d'abîme entre les humains et les autres animaux. Et effectivement, il y a une différence nette entre, par exemple, un humain et un cochon. Le scandale du darwinisme a été de montrer l'existence d'un chemin de continuité: si on remonte les générations humaines, on aboutit à un ancêtre commun entre les humains et les cochons; si on redescend par l'autre branche, on arrive aux cochons. L'existence même de ce chemin continu est un argument très fort contre l'idée d'une discontinuité radicale entre les humains et les cochons.

De même, l'existence possible d'un chemin continu entre Jacques et Cécile me semble un argument très fort contre la notion d'identité personnelle; ceci y compris si l'expérience en question n'a jamais été faite. Il me semble qu'il suffit qu'elle soit possible. Ceci dit, je crois comprendre que tu es sceptique vis-à-vis des expériences imaginaires trop éloignées de la réalité. Je crois que tu as tort. Mais bon, j'arrête là sur le sujet pour le moment.

Tu dis: «On peut tout aussi bien décider d'écarter l'existence du monde matériel (et l'existence d'autrui, par la même occasion), qui est tout autant inutile dans le tableau, et préférer garder le moi, qui devient alors nécessaire.»

Je crois justement que non. On ne peut peut-être pas démontrer logiquement l'existence du monde matériel, mais si par «on» on entend un être humain, ou sentient en général, eh bien «on» ne peut tout simplement pas, de fait, écarter l'existence du monde matériel, parce que si on cesse de croire à son existence, on arrête de respirer (pourquoi respirer, si on ne croit pas en l'existence de l'air?).

Le monde matériel, les sensations (qualia) et les prescriptions font partie, je pense, des choses auxquelles il nous est impossible de ne pas croire. Il s'agit là, je pense, de réalités essentielles, non contingentes, qui fondent l'ensemble de nos connaissances. Cf. mon «Le subjectif est objectif», et en particulier les sections 3 et 4.

Par contre, l'identité personnelle... Cette chose qui n'est ni matérielle, ni perceptible... En quoi serait-il impossible de ne pas y croire?

Pour le reste: je partage ta perplexité devant le monde, mais pas ton pessimisme concernant la possibilité d'arriver à y voir plus clair.

J'ai continué à tenter de réfléchir sur ce sujet de l'identité personnelle ces derniers temps, et m'intéressant passablement à des articles et ouvrages sur les questions de la philosophie de l'esprit (le physicalisme, le dualisme des substances, etc), je suis fatalement tombé sur des textes au sujet de la survenance psychophysique, en particulier sur un article du philosophe américain Jaegwon Kim à propos de la causalité mentale et du physicalisme, et particulièrement de l'argument de survenance, qui est un principe important dans la philo de l'esprit.
Kim formule le principe de survenance de cette façon : "les propriétés mentales surviennent sur les propriétés physiques/biologiques. Cela veut dire que pour chaque système s qui instancie une propriété mentale M au temps t, il existe nécessairement une propriété physique P telle que s instancie P au temps t, et nécessairement toute entité instanciant P à n'importe quel moment instancie M à ce même moment." Il précise ensuite son idée en expliquant l'argument de survenance : il y aurait une tension entre ce qu'il appelle la détermination verticale et la causalité horizontale, de telle manière qu'en imaginant un morceau de bronze (pour reprendre son exemple), qui a la propriété macrophysique d'être jaune, il y a nécessairement une propriété microphysique qui instancie cette couleur (la superposition macro/micro représente l'aspect vertical), et en parallèle on peut imaginer que le fait que le morceau ait été jaune avant soit ce qui cause sa couleur ensuite, qu'il y ait donc une causalité "horizonale" basée sur le temps donc. La question "qu'est-ce qui a causé cette couleur jaune ?" amène alors cette tension, puisqu'il y aurait deux réponses possibles. On peut bien sûr imaginer qu'il y ait deux causes pour une seule propriété, ce qui serait de la surdétermination, mais tout comme Kim je ne crois pas ça envisageable pour des raisons de bon sens (ce qui est critiquable bien sûr...). Donc, l'idée qui s'ensuit est qu'en fait la propriété microphysique suffit à elle seule à instancier la couleur jaune à l'instant t, peu importe ce qui s'est passé avant ou ce qui se passera après, alors qu'il est dur d'envisager que la couleur jaune à l'instant t-1 puisse engendrer cette même propriété à l'instant t sans qu'il y ait cette propriété microphysique...C'est donc cette détermination verticale qui se suffit à elle même, qui est à considérer comme cause de la couleur du morceau de bronze. Kim se sert principalement de cet argument de survenance pour démontrer que s'il est assumé, la causalité mentale s'en trouve mise à mal, mais ce que je voulais exprimer ici, c'est qu'il me paraît aussi intéressant dans une remise en question de l'identité personnelle (ça a d'ailleurs peut être déjà été fait..?). En effet, en supposant une perception subjective (une douleur, un plaisir,...) à un instant t, rien ne soutient l'idée qu'il y a un "soi" persistant temporellement qui soit à la base de cette perception, puisque selon la survenance, il suffit qu'il y ait la bonne propriété physique à l'instant t pour que cette perception soit, et cette propriété physique n'a nullement besoin d'être rattachée à un "soi", elle n'a juste qu'à être là à l'instant t, c'est la seule condition minimale...Ce ne serait donc pas la persistance temporelle d'une certaine quantité de matière distincte de son environnement qui causerait les perceptions diverses, dans une chaîne causale temporelle, mais uniquement l'occurrence des bonnes propriétés physiques.
Pour reprendre ton exemple des pays qui sont créés par des frontières subjectives et imaginaires, alors que le territoire est "réel" et continu, le monde serait une continuité de matière régie par des lois physiques et certaines propriétés instancieraient des perceptions subjectives à certains moments, ce qui je crois va plutôt dans le sens de ton idée de l'absence d'identité personnelle (du moins comme je l'ai comprise...). Il subsiste évidemment certains présupposés, notamment sur des questions au sujet de la physique elle-même (c'est assez dur d'en juger pour moi, je n'ai que très peu de connaissances sur la physique classique ou quantique...). Kim se sert principalement de la survenance pour parler des propriétés mentales par rapport au physique, mais son exemple du morceau de bronze est une bonne illustration je trouve.
Plus je réfléchis sur le sujet et plus ça remet en question certaines de mes croyances, et je pense être finalement en bonne partie d'accord avec toi sur l'absence d'identité personnelle, cet argument de la survenance étant clair et assez efficace pour moi.
Je n'arrive pas à trouver de lien pour l'article de Jaegwon Kim dont je parle, mais il s'intitule "L'argument de survenance motivé, clarifié et défendu".

This post will reveal helpful information about Harder Erections and Paul Ponna .

Learn How To Effectively Manage Your Search Engine Marketing

There are several puzzling lingo and terminology that happen to be related to SEO which could show up confusing in the first place, but it shouldn't keep you from building a profitable site. This information is going to give some terrific Search engine marketing strategies for your website.

For Search engine optimisation functions, it's a smart relocate to use a number of quicker articles on your own site vs . an extremely extended report. On search engines, extended web pages tend to be weighted lower than smaller types. Also, numerous visitors don't look at the total article should it be too long.

Choose a term for your site that also includes several of your keywords. Selecting a keyword that men and women look for for your URL will make sure that your site is easier to find in search engines. Not all the clicks to your website may come out of your marketing and advertising initiatives. Some people will stumble on the website while searching for very similar items.

Learn about their many years of experience. To make a well informed option, you should be conscious of all threats and possible downsides which might be involved.

Don't use Flash for your personal web site should your are working on SEO for doing it. Flash can not be study through the spiders and written text employed in flash won't be study. If you want to maximize your blog, you need to have the right sort of content material.

When attempting to get increased traffic to your internet site, you must work towards making improved content. Users won't remain on a web site unless they have the valuable information and facts that they need, so bettering your posts is the easiest method to enhance website traffic.

Invest in advertising on the web using professional services like Adbrite or Adwords. Diy search engine marketing may possibly at times not be adequate to see a significant rise in ratings. Advertisers are professionals at raising strike numbers. Utilizing a advertising merchandise from the leading engine like Yahoo and google might be a large boon in your website.

Creating a website map can really have got a positive effect on your small business, as search engine listings can easily list your pages more easily. These maps help it become easy to find any subpage on your own internet site. An XML website road map can help online search engine spiders take a look at information rapidly, therefore increasing your rating.

Even your label labels needs to include your goal keywords and phrases. Key phrases that can be found in title labels are weighted much more greatly by search engines like google than key phrases in any other placement. Your website will attract more guests in the event you selected solid key phrases.

Subscribe to a no cost itemizing by means of services offered by Yahoo. This will increase the awareness of your own site. These facilities advertise your company totally free, which implies many people should be able to find your blog. When you can promote oneself for free without violating contra--junk guidelines, do so!

Individuals erroneously think that placing keywords and phrases in comment tags will yield increased ranks on search engines like google. Rather, you must concentrate on improving the articles of your website.

You may think it's good sense, but you should sign up your website with the big lookup search engine listings. Many people may erroneously believe that this immediately happens. Verify again every once in awhile to make sure that your site is nonetheless there and being identified. Regardless of whether your internet site web pages are numerous internet pages down in the search engine rankings, you have to make certain that the bots are discovering you.

An increased get ranked is yours to adopt because of these tips. Fortune is never a genuine aspect in Search engine optimization, since search engines like google usually are not renowned for discriminating. As long as you perform Search engine marketing effectively and consistently, your pages ought to rank high.

More information like this can be found on Anik Singal Inbox Blueprint Discount and LegalInsiderBot training .

Find the best advice on Natural Male Enhancement and natural remedies for erectile dysfunction .

Wise Social Networking Tips Start Right now

If you've ever thought how you will could entice men and women to your business over the internet, you might have thought about about utilizing social media marketing. Social media marketing is each really cheap and repairable from mistakes. Other areas of marketing and advertising will not come back very well, and breakdowns there can mean your whole organization falters. Your supporters will frequently give you feedback in your blogposts and you could tailor your future advertising close to this comments for better performance. In conjunction with what you will learn in this article, drawing in new visitors and business is quickly probable.

In case you are maintaining a blog, you should submit often and on a expected timetable. With fresh and pertinent content material individuals will keep eagerly checking out in. This is the way publications and magazines get subscriptions. Becoming constant is the greatest thing you can do to acquire site visitors to go back to your webpage.

Keep your website items refreshing and thrilling to tempt readers. Site visitors will profit typically when you ensure that is stays interesting with new articles. Consider it such as a magazine subscription. Continue to be consistent and do the best to create good quality content and also hardwearing . viewers intrigued.

Involve You tube inside your arsenal of social networking techniques to draw in a target audience. Lots of people have Youtube . com each hour or so of every working day, this could most likely attract huge numbers of people towards you so it's never a bad thought to advertise on YouTube. If your visitors know anything about your product series just before exploring your site, they're very likely to purchase something.

Do you want to have an genuine connection with all the buyers? If you wish social websites to easily be a revenue route, then just get some marketing on social media sites to streamline things. Being much more interactive with clients, provide them with an easy greeting. Your prospects are able to steer you when this happens.

React to remarks and queries remaining by visitors to your site. Spend some time to try to find these each time you view your website.

Try out the best being simple once you article on different social media marketing sites. Regardless of sizing or standing of your organization, conceited or boastful blogposts will never be undertaken effectively. All things considered, your enterprise is only as effective as the subscriber base allows. Without one your organization can be destined to malfunction.

Make sure your commercials are put in the place on your user profile where men and women discover them. If individuals are incapable of visit your advertisements they are going to not really learn about them.

Your social networking system user profile is a great spot to help you entice new business in your company and it may mean far more sales to your goods. Maintain followers informed about equally your online plus your reside efforts from special income to new store locations. Supply Facebook or twitter enthusiasts access to unique discounts or printable coupon codes to persuade folks to participate your website. Help it become worthy of their while to include you like a Facebook or twitter good friend.

An excellent point to not forget before you start your societal campaign is that issues will get nasty on social media websites every so often. Expect to courageous a storm of negativity. Your clients may possibly adore your products, but that enjoy has its own boundaries some people may not be so happy. So try the best to aid out anyone who has a matter or worry with your organization.

In case you have a blog for your business, then when you update your blog site with new articles, article it in your social media web sites when you post. Your followers will discover that you simply published new information and rush to read it.

Endorsing your business using social networking websites can be interesting and mutually good for both you and your buyers should you do it effectively. Experiment with diverse techniques to determine which types perform best for your personal company. You can easily find new customers on-line. Even so, you need to find out the most recent technology to achieve this. Conquer social networking and enjoy your small business thrive.

More information like this can be found on Paul Ponna and Setup Activate Profit .

Stop by this blog where you can find out all about Natural Remedies For Erectile Dysfunction and Natural Male Enhancement Pills .

Need to have Guidance Concerning How To Market Via Email? Try These Pointers!

Email marketing can be a topic that generally sends individuals looking other way after they find out about it. In the event you truly put the time and energy into learning how to promote your business, you are going to shortly know the importance of email marketing.

Be sure that you're not sending out marketing emails that are unrequested. Should you deliver ads to the people who didn't demand them, they could mark your advertising and marketing information as junk. In addition to obtaining a bad reputation, you might find that the Ip becomes obstructed by certain ISPs if they get way too many grievances.

Any meaning you mail out ought to be proofread for spelling, grammar, and phrase composition. You have to make confident your newsletters and e-mail are note excellent. Make sure just how the format will appear on all websites, from your web browser in your cellphone. Examination hyperlinks which you use in your electronic mail to be certain they can be working.

By no means take advantage of the cliche words in your marketing. Exclusively steer clear of the "Purchase now! how you will handle it. Overbearing income methods such as these cause you to come across as a spammer, potentially dropping your potential customers. As a way to market your products properly, you should alternatively make an effort to create a romantic relationship with your customers very first, and present your small business inside a respectable trend. They are going to value your time and effort and stay very likely to purchase from you.

Tend not to actually send out e-mails with head lines for example "Get now"! This is not a very effective technique. You could lose company by doing this because it may appear like you happen to be spammer. They know you need to market your products, so make a constant connection along with them initial and present it and on your own in a skilled manner. They are going to value this a whole lot and will also be prone to purchase from you.

You should prevent delivering bulk e-mails while in vacations. People do not have time and energy to check their e-mail just as much considering they are far from function and possess constrained usage of their personal computers. There are some conditions. These email messages might be reasons for having Black Friday or other getaway revenue your enterprise might be having.

It is extremely smart to have men and women increase prefer-in in order to receive electronic mail communications from you. This might appear to be a whole lot, but it ensures that the individual is interested in getting e-mails, so that it gets rid of the probabilities that you and your email service provider goes into any difficulty.

It is essential that you usually get permission well before including someone to your e-mail marketing list. Men and women may just think about you being a spammer unless you do this, and will cause them to ignore and remove your e-mails. After a few problems, your internet host is probably going to boot you their servers.

Make sure that each and every e-mail address is proper. Documenting wrong contact information will result in a lot of time lost the two getting and keeping track of down reasonable deals with. It is possible to devote your precious time in good ways!

Mixture the structure of the emails every single every so often to maintain things fascinating. Web-page coding is not really the only method to express your message, and an infrequent simple textual content e mail can seize your customers interest. Your potential customers will pay attention to this a little diverse email simply because you could have preferred an alternative format on an significant news.

Get the interest of your own reader. You might need to try a pair different things. Make certain you alter any section of the marketing campaign that doesn't provide you with great outcomes. As soon as you do locate a successful strategy, it is very important nonetheless look for new tactics continually.

Make sure your e-mail has become proofread many times well before they may be sent. It becomes an evident, but usually overlooked, part of productive e-mail marketing. It really is merely a basic e-postal mail, right? Not accurate! E-mails are an essential part of the advertising campaign and must be dealt with using the same proper care and focus as all of the other areas of your organization.

As has in the past been mentioned, the necessity of pursuing proper email marketing procedures cannot be emphasized adequate. Should you aren't good in your clients, they will likely decide out of your subscriber list. Use this article's advice to help make clients happy.

We would advise you to find out more information about this here: PROFIT ACADEMY and Setup Activate Profit by Paul Ponna .